L’agrivoltaïsme : l’énergie au service des agriculteurs

 

Les enjeux de l’agriculture

Pour nourrir les 10 milliards d’habitants en 2050, nous manquons de surfaces agricoles, et les rendements des surfaces exploitées stagnent, voire diminuent.

Le rapport Créer un avenir alimentaire durable, en janvier 2019, indique que pour nourrir la population en 2050, il faudrait augmenter les espaces agricoles près de 600 Mha, soit 2 fois la surface de l’Inde, ou encore 20 fois la surface cultivée française.

L’augmentation des besoins alimentaires et énergétiques entraîne une compétition pour l’exploitation des terres arables entre les agriculteurs et les producteurs d’énergie.

Nombreux sont les arguments, pour tenter de convertir des milliers d’hectares de terres agricoles : ces terres seraient « polluées par l’agriculture », « à faible valeur agricole », ou tout simplement, seraient déclassées des zones agricoles.

Les températures excessives impactent les cultures en provoquant des dégâts sur les plantes, leurs feuilles et leurs fruits. La qualité et le rendement des cultures sont affectés, les ressources hydriques sont plus rares. Les événements climatiques extrêmes tels que les canicules, sècheresses estivales et les précipitations hivernales intenses ont pour conséquences de nombreuses catastrophes qui impactent directement l’agriculture.

Les enjeux de la production d’énergie photovoltaïque

 

Atteindre 30 à 35 GWc de production solaire d’ici 2028 comme le préconise la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, nécessite de l’espace pour construire de nouvelles centrales photovoltaïques. L’énergie solaire va donc se développer sur le territoire .
En effet, les installations sont limitées à des terrains sans conflit d’usage (carrières, friches, zones inondables, zones polluées). la disponibilité de ces terrains diminue, ce qui augmente le prix de la location foncière. Il ne reste aujourd’hui plus que des terrains au coût élevé dus à leur éloignement du réseau ou à leur caractère accidenté. L’énergie solaire a donc besoin d’espace
La possibilité de coupler activité agricole et ombrières agrivoltaïques ou toitures photovoltaïques ouvre à un potentiel presque illimité. Il suffirait que seulement 0,5% des terres cultivées en France soient couvertes d’une structure agrivoltaïque pour déployer une puissance équivalente à 58 réacteurs nucléaires français en service.

La solution : coupler agriculture et photovoltaïque

Les solutions actuelles ne sont pas satisfaisantes, par exemple les serres photovoltaïques actuelles freinent la production du faire de l’absence de lumière. En 2018, des observateurs indiquent que 80% des serres PV ne sont pas ou peu productives.

L’agrivoltaïsme dynamique, développé par Sun’Agri, est une solution numérique, basée sur les modèles de croissance de chaque plante. Elle permet, grâce à une structure construite à plus de 4m au-dessus du sol, d’offrir une protection aux plantes, tout en produisant de l’électricité solaire.