Arboriculture : La Pugère

La station d’expérimentations de La Pugère

Implantée sur la commune de Mallemort, depuis 1988, sur des terrains mis à disposition par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône, elle est située dans la vallée de la Durance, au cœur du principal bassin de production de pommes et de poires en France.

La région

En France, la filière de la pomme concerne 3 942 exploitations agricoles, soit un total de 37 296 hectares (30% de la surface agricole allouée aux vergers en France en 2013). Outre son importance économique, la pomme est également une référence en génétique, puisque c’est la plante modèle de la famille des Rosacées.

Au niveau national, la pomme représente 26% des surfaces en production.

La production française de pomme de table est destinée à 43% au marché français, 38 % sont destinés à l’exportation et le reste à la transformation.

Les effets du changement climatique sur les pommiers

  • Le cumul inédit de conditions climatiques défavorables (gel, températures élevées, pluviométrie excessive) au cours des phases déterminantes du cycle annuel des arbres (de la floraison à la fructification) engendre des pertes de production très importantes,
  • Certaines espèces supportent mal les déficits hydriques et les températures élevées, c’est le cas du pommier.  Hors de sa zone de confort, on observe une chute du rendement et du calibre des fruits,
  • Une intensité lumineuse trop importante peut mener à un phénomène de photo inhibition, c’est-à-dire à l’inactivation du photosystème II, provoquant une diminution de la photosynthèse nette,
  • Le statut hydrique joue également un rôle majeur sur la croissance végétative. Une étude sur des pommes de la variété ‘Pink Lady’ soumises à la sécheresse a démontré une diminution de 80% de la biomasse des feuilles et des rameaux par rapport à des arbres témoins.

Les objectifs liés au dispositif agrivoltaïque sur pommiers

L’idée est de moduler l’ombrage apporté à la culture par des panneaux photovoltaïques mobiles montés sur trackers en fonction des besoins physiologiques des plantes, le tout étant piloté par des algorithmes privilégiant la production agricole avant la production photovoltaïque.

Les objectifs sont :

  • Comprendre finement l’écophysiologie des pommiers Golden sous ombrage dynamique,
  • Développer et tester un modèle de croissance des pommiers intégrant l’impact de l’ombrage associé au dispositif agrivoltaïque,
  • Éprouver les algorithmes de pilotage des panneaux, tout en tentant de les extrapoler à d’autres cultures par une approche générique,
  • Tester l’adaptation des systèmes de filets utilisés dans l’agriculture :
    (anti-grêle, anti-insectes, et autres.), afin d’augmenter les bénéfices de l’agrivoltaïsme dynamique pour l’exploitant et de protéger plus efficacement les cultures contre les aléas climatiques de plus en plus fréquents,
  • Mesurer la biomasse produite ainsi que le rendement et la qualité des fruits par rapport à leurs solutions de référence.

Le dispositif agrivoltaïque en quelques chiffres

730 m²

sous dispositif agrivoltaïque

300 m²

de zone témoin

196

panneaux

4,5 m

Hauteur de la structure

1666 pieds/Ha

Nombre de pieds/Ha

1,5 m

de distance inter-pied

4 m

de distance inter-rang

61 kWc

de puissance électrique

Les résultats agronomiques

– Le stress hydrique des arbres abrités par le dispositif agrivoltaïque dynamique était inférieur de 63 % par rapport aux autres arbres de la zone témoin,
Maintien des température plus fraîches, avec des baisses allant de 2 à 4°C.